en

Il existe quelque chose de plus étrange que le déjà-vu : que se passe-t-il lorsque nous nous souvenons d’un rêve passé alors que nous sommes éveillés ?

Dans le domaine des neurosciences, on avait déjà entendu parler de ce phénomène quand, en 2018, un groupe de chercheurs a entrepris de l’analyser. Ils l’ont surnommé “déjà rêvé“.

L'esprit est souvent une sorte d'univers parallèle où des événements sans réponse se produisent sur cet autre plan qui émerge lorsque nous ouvrons les yeux. Parfois, cependant, nous n'avons même pas besoin de les fermer pour que ce mécanisme interne de l'être humain fasse son . Le rêve, dans toutes ses formes infinies, celles-là même où la mémoire nous semble palpable, fait partie, de par sa distance, du présent lui-même. En revanche, s'il s'agit du présent, il faut parler de cet autre phénomène qu'est le “déjà vu“.

Il ne s'agit pas exactement de la réminiscence d'un souvenir presque oublié, mais de la répétition même d'un événement que nous avons vécu dans le passé, du moins c'est ce qui nous apparaît lorsque nous avons soudain la sensation que l'existence est une boucle : “J'ai déjà vécu cela auparavant“, disons-nous généralement lorsque cela se produit, stupéfaits par la possibilité de copier. Mais que dire quand ce qui est revécu est un rêve ?

Des chercheurs français dans le domaine de la neurologie ont réalisé en 2018 une sur ce qui était jusqu'à présent tracé en théorie comme un synonyme de “déjà vu“, alors qu'en réalité, les deux phénomènes pourraient être des cousins éloignés. Ils ne savaient pas comment appeler ce que certaines personnes décrivaient comme le fait de revivre un rêve à l'état de veille, alors ils l'ont baptisé “déjà rêvé“.

De nouveaux halos de lumière sur le cerveau

Bien que l'expérience d'un rêve passé pendant l'éveil soit très rare, elle est plus fréquente chez les personnes épileptiques. Déjà rêvé se présentait donc comme une situation objectivement nouvelle, ponctuée par une certaine familiarité avec le déjà vu, mais avec de multiples qu'il fallait explorer.

Dans le cas des patients épileptiques, cela peut devenir une composante de leur quotidienne, souvent vécue pendant les crises. Il s'agit donc d'une de ces questions qui peuvent apporter un nouvel sur la science du fonctionnement du cerveau.

Dans leur , publiée dans la revue Brain Stimulation, des scientifiques du CHU de Toulouse, du Centre de recherche sur le cerveau et la cognition (CNRS) et de l'Université de Nancy ont travaillé ensemble pour déterminer une classification des différents types de cas de déjà-rêvé connus. Il s'agit d'un élément clé pour façonner l'analyse du phénomène exploré.

Fréquent dans l'épilepsie

Pour ce faire, ils ont travaillé avec 42 participants présentant des cas où des crises d'épilepsie ont déclenché le souvenir d'un vieux rêve. Ces mêmes patients avaient subi une stimulation électrique du cerveau à différents endroits de la région temporale interne du cerveau. Ainsi, les données qu'ils ont pu recueillir après un approfondi de chaque cerveau étaient liées à la procédure utilisée pour évaluer la neurologie de chaque personne avant le test.

Selon les chercheurs, les patients étaient généralement capables de dire que les images qui leur venaient à l'esprit à ces -là provenaient de rêves vécus deux ou trois jours avant le phénomène. En outre, beaucoup ont capables de raconter des éléments narratifs précis. Il faut savoir que les rêves sont une expérience d'hallucination sensorimotrice composée d'une structure narrative. Par conséquent, les patients peuvent avoir vécu certaines parties de ces rêves alors qu'ils étaient éveillés.

D'autres patients entrent plutôt dans la catégorie des “réminiscences“, dont le souvenir du rêve contient peu de détails, voire un “état onirique“, plus proche du “déjà vu“, c'est-à-dire qu'ils “se retrouvent comme dans un rêve au contenu mental indéfini“. Pour l'instant, les chercheurs affirment qu'il s'agit d'un phénomène qui a longtemps été amalgamé avec le “déjà vu“, mais qu'en revanche, ce dernier est “dépourvu de contenu mental“, plutôt considéré comme un “sentiment de familiarité qui ne se traduit pas par des images dans la tête“.

Rolex, le géant incontesté de l'horlogerie suisse en 2023 avec 30% de parts de marché

Voter pour cet article
Afficher sommaire

Je suis Alexandre, rédacteur pour geeksource.fr, spécialisé dans les mangas récents et les sneakers. J'apprécie partager mes opinions et ressentis sur les œuvres et produits abordés.