en

Le DANGER ignoré : Pourquoi il faut arrêter de poster des photos de vos enfants sur les réseaux sociaux

L'évolution de l'internet et des médias sociaux a radicalement transformé la manière dont nous partageons les moments marquants de notre vie. Les photos de fêtes de famille postées sur Facebook ou les vidéos d'anniversaires sur Instagram sont devenues courantes. Cependant, une enquête menée par l'Universitat Oberta de Catalunya (UOC) révèle une inquiétante et largement ignorée. Ces images anodines de nos enfants pourraient bien finir entre les mains de prédateurs sexuels d'enfants.

Une impressionnante proportion de 72% des images en possession de pédophiles proviennent de sources tout à fait légitimes et non sexualisées. Ces agresseurs récupèrent leurs à partir d'albums de famille partagés en ligne et autres plateformes similaires. L'insouciance des parents qui documentent en ligne la vie de leurs enfants se transforme ainsi en une source d'images pour des individus aux tendances déviantes.

« Nous avons à penser que les personnes qui collectionnent des images d'exploitation sexuelle d'enfants ne s'intéressent qu'aux contenus les plus explicites », explique Irene Montiel, professeure à l'UOC. « Cependant, la réalité est que les images non sexualisées d'enfants sont largement présentes dans les collections de ces agresseurs. »

Le partage excessif : une pratique à risque pour nos enfants

L'étude de l'UOC démontre que 89% des familles partagent régulièrement des images de leurs enfants sur Facebook, Instagram ou . Cette pratique touche même les plus jeunes, avec 81% des bébés qui apparaissent en ligne avant l'âge de six mois. Les parents qui publient des photos d'échographies, de naissances ou des premiers pas de leur progéniture, ne violent pas seulement leur future numérique, mais les exposent également à des dangers insoupçonnés.

Les réseaux sociaux : un outil pour les prédateurs

Malgré les promesses de Facebook, YouTube et autres plateformes de lutte contre la pédophilie, les systèmes en place restent insuffisants. En 2019, l'algorithme de YouTube a été critiqué pour suggérer des vidéos de jeunes enfants en tenue légère. Des commentaires inappropriés et des liens vers des sites de pornographie infantile ont été découverts dans la section commentaires de ces vidéos.

Face à ce scandale, la plateforme a mis en place un nouveau système pour identifier et supprimer les commentaires prédateurs. De même, YouTube a désactivé les commentaires sur la plupart des vidéos de mineurs pour limiter l'attraction des agresseurs. Cependant, ces mesures ne sont que temporaires et concernent un nombre limité de créateurs de contenu.

Le rôle des parents dans la protection de l'identité numérique de leurs enfants

La prolifération de la modération automatisée sur les a rendu l'application d'un système efficace contre les prédateurs presque impossible. Certes, on pourrait pointer du doigt Mark Zuckerberg et d'autres dirigeants de grandes entreprises technologiques, mais la responsabilité de la des mineurs revient finalement aux parents.

« Nous ne respectons pas l' de nos enfants, ce qui porte atteinte à leur identité numérique future. Cependant, ce n'est pas le seul risque. L'usurpation d'identité, la fraude en ligne, le grooming, le cyberharcèlement, ou encore la de ce contenu en matériel d'exploitation sexuelle infantile sont également des menaces potentielles, » prévient Irene Montiel, professeure à l'UOC.

Il est essentiel de prendre conscience des dangers liés à la sur-exposition de nos enfants sur les réseaux sociaux. Une simple photo d'une sortie au musée ou au parc peut sembler innocente pour vous et votre famille, mais pas pour un pédophile qui la collectionnera sur son ordinateur. Avant de poster une image de vos enfants sur les réseaux sociaux, il est crucial de prendre en compte les risques associés.

Afficher sommaire