en

L’intelligence artificielle de Microsoft sur le champ de bataille : innovation ou dérive éthique ?

Face à la controverse, l’utilisation de l’IA dans les opérations militaires soulève des questions d’éthique et de sécurité.

Une présentation qui fait des vagues

Lors d’une réunion confidentielle, la firme technologique américaine Microsoft a mis en avant les capacités de son intelligence artificielle développée avec OpenAI, dans le but d’en démontrer les bénéfices potentiels pour le Département de la Défense des États-Unis. Cette initiative intervient dans un contexte où Microsoft cherche à valoriser son investissement conséquent dans ces technologies novatrices.

L’IA généreuse, au cœur de cette présentation, a été illustrée par des cas concrets d’applications militaires. La proposition intègre notamment l’analyse avancée d’images et de vidéos issues de dispositifs de surveillance, ainsi que l’identification de schémas au sein d’importants volumes de données.

Le rôle clé de DALL-E et ChatGPT

  • DALL-E, outil phare d’OpenAI, pourrait générer des images pour les systèmes de gestion des conflits armés.
  • L’utilisation envisagée du célèbre ChatGPT viserait à automatiser la production de rapports et divers documents administratifs.

Ces technologies sont infusées dans le service Azure AI proposé par Microsoft et se manifestent à travers DALL-E ou encore ChatGPT. Insolite mais vrai, Microsoft aurait omis de solliciter une autorisation auprès d’OpenAI pour cette démarche auprès du Département de la Défense américain.

Réactions et clarifications officielles

Liz Bourgeous, représentante chez OpenAI, a fermement rappelé que leur politique interdit toute utilisation des outils développés pour concevoir ou manipuler des armements, infliger des dommages ou détruire des biens. De son côté, Microsoft reconnaît avoir proposé ces applications IA mais précise que leur emploi effectif par le Département n’a pas encore été initié.

Quand commerce rime avec polémique

Cette affaire met en lumière la disposition qu’a Microsoft à commercialiser sa technologie pour répondre aux besoins du secteur militaire. Le géant informatique dispose déjà d’accords pluriels avec les forces armées américaines et promeut activement les avantages qu’Azure apporte aux missions défensives :

Azure permet aux équipes tactiques d’accroître leur visibilité, d’accélérer leurs actions et de prendre des décisions plus éclairées.
– Microsoft

Néanmoins, cette philosophie n’est pas sans susciter des controverses internes comme ce fut le cas en 2019 lorsque les employés ont demandé l’arrêt d’un contrat impliquant l’utilisation du HoloLens pour les opérations militaires.

Les risques potentiels pointés du doigt par les experts

  • Brianna Rosen, enseignante à l’Université d’Oxford, souligne l’impossibilité inhérente à créer un système ne contribuant pas indirectement aux dommages civils.
  • Heidy Khlaaf, experte en sécurité informatique, remet en question la précision actuelle des images générées par DALL-E concernant la représentation fidèle du terrain réel.

Google Chrome devient beaucoup plus sûr grâce à sa dernière mise à jour

Afficher sommaire