en

Pour mettre fin à cette boucle toxique, vous devez vous débarrasser des mensonges de la culpabilité !

La culpabilité est une émotion solitaire qui se nourrit de reproches et de récriminations. Comme l’a dit Ronald C. Johnson, “la culpabilité est un sentiment qui n’a pas besoin de public“. Cela arrive comme une douleur et continue de marteler l’esprit. Il accélère l’imagination et divise la réalité pour vous faire croire que vous êtes le seul responsable.

Une fois qu'il a réussi à vous convaincre de votre culpabilité, il ne vous lâche plus. Il vous plonge dans une spirale de remords qui dévore tout sur son passage. Il vous piège dans ses filets en vous convainquant que vous êtes une personne horrible pour vous faire sentir mal chaque jour de votre . Pour mettre fin à cette boucle toxique, vous devez apprendre à reconnaître et à désarmer les mensonges de la culpabilité.

“C'était ton devoir” quand ton sens du devoir te fait sentir coupable.

La culpabilité est largement alimentée par votre sens du devoir. Elle implique le sentiment d'avoir transgressé une norme morale ou sociale, ce qui vous fait souvent vous sentir mal. En fait, la culpabilité est souvent décrite comme une douloureuse” ou un “affect douloureux“.

La culpabilité vous secoue et crée un malaise qui vous pousse à réévaluer votre comportement et à le corriger. Ce n'est pas un hasard si elle commence à se manifester très tôt dans la vie, vers l'âge de trois ans, selon des chercheurs de l'université de l'Iowa.

Le but de la culpabilité est de vous inciter à faire tout ce qui est nécessaire pour regagner la confiance, l'approbation et l'acceptation des autres, ce qui signifie qu'elle peut aussi être utile. Le problème commence lorsque cette culpabilité ne se relâche pas, elle s'accumule et crée des souffrances inutiles.

La culpabilité entache souvent votre sens du devoir pour vous écraser lorsque vous ne remplissez pas vos obligations. D'une certaine manière, la culpabilité et l'obligation sont les deux faces d'une même pièce. Peu importe le nombre de fois où vous le retournez, vous serez pris dans l'un ou l'autre.

La culpabilité vous fait croire que vous êtes obligé de remplir les rôles sociaux qui vous ont été assignés ou que vous devez toujours être à la hauteur des attentes des autres. En fait, l'idée fugace de remettre à plus tard une liste de choses à faire ou d'annuler un engagement suffit parfois à vous faire culpabiliser. Fondamentalement, il vous fait vous sentir mal lorsque vous ne vous montrez pas à la hauteur de ce que l'on attend de vous ou des normes que vous vous êtes fixées.

Cependant, la culpabilité fait oublier bien d'autres choses. Elle ne tient pas compte, par exemple, du fait qu'il n'est pas sain de toujours donner la priorité aux autres ou d'être guidé uniquement par des obligations. Elle ne tient pas compte non plus du fait que vous avez le droit de vous fixer des et que vous ne pourrez pas toujours donner le meilleur de vous-même, simplement parce qu'il n'est pas possible de donner le meilleur de vous-même à tout moment.

Par conséquent, la prochaine fois que la culpabilité tentera d'enfoncer la plaie en faisant appel à vos devoirs et obligations, rappelez-vous que parfois vous ne pouvez pas tout faire, et ce n'est pas grave. Essayez d'être plus gentil et moins exigeant envers vous-même. La culpabilité n'a pas de place pour se développer là où la gentillesse et la compréhension s'épanouissent.

“Vous êtes une personne horrible”, la tendance à s'identifier excessivement à une erreur.

La culpabilité est une expérience privée qui n'implique pas nécessairement d'autres personnes ou ce qu'elles peuvent penser. Vous pouvez essayer de vous racheter, de faire amende honorable et même recevoir l'absolution des autres, mais rien de tout cela ne garantit que vous serez capable de vous pardonner.

Dans ce cas, la culpabilité cesse d'être adaptative et devient une émotion toxique. Il cesse d'être une simple réaction à une erreur et devient un jugement de sur vous. Vous arrêtez de vous sentir coupable et commencez à vous sentir coupable. C'est votre atout dans votre manche.

La culpabilité fait passer l'attention de l'expérience à votre . Il vous transforme littéralement en l'erreur que vous avez commise. Vous commencez à vous voir à travers le prisme de la culpabilité, qui imprègne négativement l'image que vous avez de vous-même, affecte votre et vous envoie dans une boucle d'auto-reproches.

La culpabilité généralise un événement isolé pour vous faire croire que vous êtes une personne horrible. Il devient une ombre qui s'étend sur votre personnalité pour masquer toutes vos qualités positives, au point que vous ne les voyez pas ou que vous les dépréciez. Elle finit par tout imprégner, vous faisant croire que vous êtes faible, insignifiant ou détestable. Cette image désespérée vous paralyse émotionnellement, vous condamnant à vous reprocher encore et encore ce qui s'est passé.

Évidemment, la culpabilité ne tient pas compte du fait que les erreurs sont inévitables. Il interprète mal ce qui s'est passé, généralise et saute aux conclusions sans remettre en question leur logique. Il s'érige en juge et jury dans votre esprit afin que vous vous condamniez avec la sentence la plus sévère.

Cette culpabilité toxique se nourrit de vos reproches et de votre vision catastrophique de ce qui s'est passé. Il est donc important que vous repreniez du recul. Il ne sert à rien de s'en vouloir chaque fois que l'on fait une erreur en exagérant les choses. Même les pires erreurs ne vous définissent pas en tant que personne, car vous avez le pouvoir de changer et d'apprendre la leçon. Faites plus attention à la voix de la culpabilité. Que dit-elle ? Analysez chaque idée à travers le tamis suivant : vous punissez-vous ou contribuez-vous à améliorer la situation ?

“Vous auriez dû l'empêcher”, jouer à Dieu

La culpabilité et l'illusion de contrôle vont de pair. En fait, vous pouvez vous sentir coupable de situations qui ne sont pas de votre ressort. La culpabilité vous convainc que vous êtes responsable du malheur de quelqu'un d'autre, même si ce n'est pas le cas. Il vous convainc même que vous auriez pu prévoir et empêcher ce malheur, même si vous n'êtes pas un diseur de bonne aventure.

La culpabilité vous catapulte continuellement dans le passé, comme si en ressassant ce qui s'est passé vous pouviez le changer ou y remédier. Cela vous fait penser en termes de “j'aurais dû le faire” ou “j'aurais pu l'éviter“. Il vous oblige à recréer des univers parallèles dans lesquels vous agissez différemment, prenez une décision différente ou même devenez le héros d'une situation qui n'a jamais eu lieu.

S'échapper dans ce monde imaginaire où les choses ont évolué dans un sens plus favorable peut vous faire sentir mieux, mais chaque au présent vous obligera à accepter la dure réalité, de sorte qu'il s'agit souvent d'un nouvel exercice traumatisant.

Cela renforce la culpabilité, vous maintenant dans une spirale descendante de reproches. Elle peut même vous convaincre que vous auriez pu agir différemment pour éviter la catastrophe, ce qui est fréquent chez les personnes qui éprouvent la culpabilité du survivant. Son mécanisme irrationnel vous amène non seulement à penser que vous auriez pu prévoir le problème, mais aussi que vous êtes omnipotent pour l'éviter.

Pour éviter le piège de la culpabilité, il est important de comprendre que vous ne pouvez pas juger le passé avec les du présent. Vous ne pouvez pas tout savoir ou tout prévoir. Ne vous culpabilisez pas pour ce que vous ne saviez pas et ne pouviez pas sentir. Vous n'êtes pas des devins ou des omniscients.

Il convient également de garder à l'esprit que, parfois, il n'y a personne à blâmer, quels que soient les efforts déployés pour attribuer des responsabilités ou chercher des boucs émissaires. Parfois, les choses arrivent, c'est tout. Il y a des accidents, des maladies, des coïncidences, des décès ? La vie n'est pas toujours juste ou raisonnable. Les revers, les problèmes, les erreurs et les adversités arrivent. Vous ne pouvez pas toujours les éviter et il ne sert à rien de gaspiller votre à vous en vouloir. Parfois, il faut simplement apprendre à vivre avec le hasard et l'inévitable.

Braun réinvente deux modèles emblématiques de montres pour Hodinkee

Voter pour cet article
Afficher sommaire

Salut, je suis Martin, rédacteur chez geeksource.fr. Passionné par le monde animal, j'adore partager mes et découvertes sur ces incroyables créatures. Que ce soit les animaux domestiques ou sauvages, je m'efforce de fournir des informations intéressantes et utiles pour nos amis les bêtes. Alors, suivez-moi sur services-conseils.fr pour en apprendre davantage sur nos compagnons à poils, à plumes ou à écailles !