Pourquoi les gros chiens vivent-ils moins longtemps ?
en

Pourquoi les gros chiens vivent-ils moins longtemps ?

Que vous ayez un grand ou un petit , selon vos goûts, il y a une chose que vous devriez savoir : dans le règne animal, plus on est grand, plus on vit longtemps.

Personne ne s'attend à ce qu'une souris domestique vive plus de deux ans, mais un éléphant d'Afrique peut vivre 65 ans ou plus, sans parler de la baleine bleue de l'Antarctique, qui peut vivre jusqu'à 90 ans.

Il existe toutefois une exception à cette règle : le chien domestique. Dans ce cas, la règle veut que plus on est petit, plus on vit longtemps. Par exemple, le minuscule Yorkshire Terrier, qui pèse en moyenne trois kilos, a une espérance de moyenne de 15 ans. Comparez cela à un Mastiff anglais, qui a une durée de vie moyenne de seulement huit ans et peut peser 104 kilos. Pourquoi cela ?

Comme le rapporte Psychology Today, avant de se demander pourquoi les différentes races de vieillissent à des rythmes différents, il convient de se pencher sur le processus de lui-même. Le consensus général sur la façon dont nous vieillissons est basé sur le concept de l'usure. Cela explique comment nous vieillissons, bien sûr, mais pas pourquoi nous vieillissons, ce qui pourrait être posé comme une question évolutionniste : “Puisque certaines espèces ont évolué pour vivre plus longtemps que d'autres, pourquoi toutes les espèces n'ont-elles pas évolué pour avoir une durée de vie plus longue ?

Étant donné que certaines espèces ont évolué pour vivre plus longtemps que d'autres, pourquoi toutes les espèces n'ont-elles pas évolué pour avoir une plus grande longévité ?

La réponse donnée par les théoriciens de l'évolution est qu'il existe deux voies différentes que tout type d'animal peut “choisir”, sur la base de l'idée que chaque espèce ne dispose que d'une quantité fixe de ressources biologiques. Cela semble un peu cruel, et c'est peut-être pour cela qu'il existe une autre théorie alternative, celle de l'autoconservation : ici, la programmation génétique prévoit un taux de croissance plus lent, une progéniture moins nombreuse et le maintien de ressources suffisantes pour construire des défenses contre les mutations et les conditions nuisibles qui affecteront négativement l'animal plus tard dans sa vie.

Vivre vite, être gros, laisser un joli cadavre

Une nouvelle étude a recueilli des données sur 164 races de chiens. Elle comprenait des informations sur la masse corporelle adulte, le poids à la naissance, l'âge auquel les races atteignent 50 % de leur masse adulte, la de la portée, l'âge moyen à la mort et, bien sûr, les causes typiques de décès.

Le premier examen de ces données a confirmé ce que d'autres avaient montré, à savoir que les chiens de grande taille ont tendance à mourir plus jeunes que les chiens de petite taille. Elle a également montré que les races de chiens plus grandes ont tendance à avoir plus de descendants. Par exemple, le petit Yorkshire Terrier a des portées de trois chiots en moyenne. En , le gigantesque Mastiff anglais a tendance à avoir des portées de neuf chiots en moyenne.

Les grandes races sont plus susceptibles de souffrir d'affections physiques une fois qu'elles ont atteint leur taille adulte, c'est-à-dire généralement à l'âge de deux ans.

Les auteurs suggèrent que le développement de races de chiens plus grandes ou plus petites que les loups ancestraux s'est en fait produit par manipulation génétique du taux de croissance initial. La pression exercée pour élever des chiens plus grands a entraîné un taux de croissance précoce plus élevé. Malheureusement, cela signifie qu'au lieu de consacrer des ressources à l'entretien général du et à la santé, la sélection génétique pour les chiens plus grands met l'accent sur l'utilisation des ressources corporelles pour une croissance rapide et précoce, au lieu de les utiliser pour renforcer le système immunitaire, réparer l'ADN endommagé et améliorer l'. Les données montrent que cela se traduit par le fait que les races de grande taille sont plus sensibles aux affections physiques après avoir atteint la taille adulte, généralement à l'âge de deux ans.

En outre, les mêmes mutations qui augmentent la taille des chiens entraînent également un risque accru de . En résumé, les données montrent que plus le chien est grand, plus il est susceptible de souffrir de la maladie. Les chercheurs ont divisé les causes de décès en quatre catégories : traumatisme ou accident, infection, exposition toxique et cancer. Leur analyse a révélé que les décès dus à un traumatisme, à une infection ou à une toxine n'étaient pas liés à la taille du chien. En revanche, la probabilité de mourir d'un cancer augmente régulièrement avec le poids du chien.

Les données montrent que plus le chien est gros, plus il est susceptible d'être atteint d'un cancer.

Cela signifie-t-il que si vous avez un gros chien, vous devriez commencer à penser à une épitaphe ? Pas tout à fait. En effet, la sélection naturelle devrait permettre aux chiens de grande taille de développer de meilleures défenses contre le cancer et de vivre plus longtemps, au détriment des petites portées.

 

Adieu ChatGPT : Google Gemini est officiel et son Intelligence Artificielle pourrait éclipser OpenAI

Voter pour cet article

Salut, je m'appelle Adrien et je suis rédacteur pour geeksource.fr. Passionné par les réseaux sociaux, j'aime partager mes connaissances et mes découvertes sur ces plateformes en constante évolution. Mon objectif est d'aider les lecteurs à naviguer dans cet univers numérique et à en tirer le meilleur parti, tant sur le plan professionnel que personnel.