Mother holding newborn baby feet
Mother holding newborn baby feet
en

Une prouesse scientifique sans précédent : un premier cas au Royaume-Uni d’un bébé née avec l’ ADN de trois personnes ?

Les embryons combinent le sperme et l'ovule des biologiques avec de minuscules structures ressemblant à des batteries, appelées mitochondries, provenant de l'ovule d'une donneuse.

Un fécondé avec l'ADN de trois personnes est né au Royaume-Uni après que des médecins ont utilisé une procédure innovante visant à empêcher les enfants d'hériter de maladies incurables, a rapporté mercredi le journal The Guardian.

La technique, connue sous le nom de traitement par donneur de mitochondries (MDT), utilise des tissus provenant d'ovules de donneuses saines pour créer des embryons dans le cadre d'une fécondation in vitro (FIV) exempts de mutations nocives dont leurs mères sont porteuses et qu'elles sont susceptibles de transmettre à leurs enfants.

Étant donné que les embryons combinent le sperme et l'ovule des parents biologiques avec de minuscules structures en forme de batterie appelées mitochondries provenant de l'ovule de la donneuse, le bébé qui en résulte possède l'ADN de sa mère et de son père, ainsi qu'une petite quantité de matériel (environ 37 gènes) provenant de la donneuse. Bien qu'il y ait de l'ADN provenant d'une donneuse, 99,8 % de l'ADN du nouveau-né provient de la mère et du père, ajoute l'information.

La sur la PCT, également connue sous le nom de de remplacement mitochondrial (MRT), a été lancée au Royaume-Uni par des médecins du centre de fertilité de Newcastle. Le processus de Newcastle se déroule en plusieurs étapes. Tout d'abord, le sperme du père est utilisé pour féconder les ovules de la mère atteinte et d'une donneuse saine. Ensuite, le matériel génétique nucléaire est retiré de l'ovule de la donneuse et remplacé par celui de l'ovule fécondé de la partenaire.

L'ovule qui en résulte possède un ensemble complet de chromosomes des deux parents, mais porte les mitochondries saines de la donneuse au lieu des mitochondries défectueuses de la mère. Il est ensuite implanté dans l'utérus. Ces travaux visaient à aider les femmes dont les mitochondries sont mutées à avoir des enfants sans risquer de leur transmettre des troubles génétiques, a appris The Guardian. Les mitochondries sont héritées de la mère, de sorte que les mutations peuvent affecter toute la progéniture.

Pour les femmes touchées, la conception naturelle est souvent une incertitude, car certains bébés peuvent naître en bonne santé parce qu'ils n'héritent que d'une petite proportion de mitochondries mutées, mais d'autres peuvent en hériter beaucoup plus et développer des maladies graves, progressives et souvent mortelles.

Environ un bébé sur 6 000 est atteint d'une maladie mitochondriale. Selon le Guardian, la Human Fertilisation and Embryology Authority (HFEA) du Royaume-Uni, l' de régulation du secteur, facilite l'approbation de la procédure au cas par cas, mais a déjà donné son vert à au moins 30 opérations.

Les médecins de la clinique de Newcastle n'ont pas publié les détails des naissances dans leur programme de PCT, de peur de compromettre la confidentialité des patientes. Cependant, le journal affirme avoir appris l'existence de cette procédure à la suite d'une demande faite en vertu des lois sur la liberté d'information.

Braun réinvente deux modèles emblématiques de montres pour Hodinkee

Voter pour cet article

Salut, je m'appelle Adrien et je suis rédacteur pour geeksource.fr. Passionné par les réseaux sociaux, j'aime partager mes connaissances et mes sur ces plateformes en constante évolution. Mon objectif est d'aider les lecteurs à naviguer dans cet univers numérique et à en tirer le meilleur parti, tant sur le plan professionnel que personnel.